Mon Ami - le mari de ma Soeur de coeur

Durant 32 ans il a été mon ami principalement

parce qu’il était le mari de ma Sœur de cœur.

Nous avons partagé bien des moments agréables,

excursions, dîners, visites de musée  et autres loisirs.

 

Il était aussi celui qui me permettait de partager des sorties,

un cours de dessin ou des moments privilégiés

avec mon amie parce qu’il s’occupait

du bébé pendant ce temps là.

 

 

Et puis elle nous a quittés.

Alors,

lui et moi,

avons partagé,

son absence,

l’entretien de sa tombe,

son souvenir,

notre chagrin.

 

 

A peine un mois avant le décès de son épouse,

il avait du encaisser un très redoutable diagnostique

- Alzheimer précoce.

Toute sa vie a été bouleversée.

Il a tout perdu en même temps.

 

J’avais promis à mon amie de prendre soin de sa famille.

Alors, sous prétexte de faire un album pour ses filles, 

je me suis « glissée » dans sa vie.

 

Durant presque un an,

une fois par semaine il m’a raconté ses souvenirs.

J’ai tout noté.

Ce qui m’a permis, plus tard,

lorsqu'il  se sentait perdu, 

de lui restituer ses bons souvenirs.

L’album terminé nous avons trouvé d’autres occupations.

 

Petit à petit,

nous nous sommes rapprochés et

en plus d’être le mari de ma Sœur de cœur,

il est devenu mon Ami.

 

Il est resté le plus indépendant possible,

mais au fil des mois je le voyais se perdre de plus en plus.

Plus il se perdait plus je l’aimais.


Ces six derniers mois, il était comme un enfant.

Il avait besoin d’être rassuré et avait

une manière d’appuyer son front sur mon épaule

qui immanquablement me faisait penser

« j’ai un petit garçon »

 

Dans ces moments là j’éprouvais à la fois 

une immense tristesse de voir cet homme aussi perdu, 

lui qui autrefois, avait une intelligence supérieure à la moyenne

(à 10 ans il remplissait la déclaration d’impôt de ses parents)


et un immense bonheur

d’avoir le privilège d’être à ses côtés

et de bénéficier de sa totale confiance.

 Ma main sur son front, son bras ou sa main le calmait.

 

Cette année à l’écouter raconter ses souvenirs

m’avait entraînée à le comprendre.

En me concentrant j’arrivais à deviner

ses mots qu’il n’arrivait plus à articuler.

J’arrivais à terminer ses phrases et dans

ces moments là il disait un puissant « OUI »

avec un grand sourire qui me comblait totalement.

 

Sans doute,

mon amitié ces trois dernières années lui a fait du bien,

mais ce rien en comparaison de ce que lui m’a donné.

 

 

Quoi de plus précieux que la confiance de quelqu’un de vulnérable ?

Quoi de plus précieux que la certitude d’être utile ?

Quoi de plus précieux que le rire d’un être malheureux ?

 

 

 

 

 

Mon Ami,

chacun de tes sourires,

ta main dans ma main lorsque tu me laissais te guider,

ton plaisir lorsque tu mangeais une pâtisserie,

la tendresse dans ton regard lorsque tu parlais de tes filles,

 

tout cela m’a donné une raison supplémentaire

de faire face à ma santé déficiente,

à un quotidien parfois difficile.

Tu avais besoin de moi et cela,

c’était un incroyable privilège.

 

Il n’y a pas de mots pour dire le vide que tu laisses.

En te perdant j’ai l’impression de perdre

une deuxième fois ma Sœur ce cœur.

 

 

Bon voyage mon « petit garçon » et à dans une autre vie.

 



26/04/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Loisirs créatifs pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 24 autres membres